syndicat CGT-LC
syndicat CGT-LC 

ACTUALITES

RETROUVEZ LES INFOS DU SYNDICAT CGT

DE L'ENTREPRISE LC-FRANCE

597

La CGT, seul vrai syndicat Représentatif de l'entreprise ?

Pour être considérée comme représentative une organisation syndicale doit
satisfaire à un ensemble de critères cumulatifs. Voici lesquels :
 
1Le syndicat doit recueillir au moins 10 % des suffrages au 1er tour des élections.
 
C’est, parmi les critères de représentativité, le critère prépondérant, celui qui,
plus que tout autre, fonde, notamment aux yeux de la collectivité des salariés,
la légitimité du syndicat dans l’entreprise.
Ainsi désormais, dans l’entreprise ou l’établissement, peuvent être considérées
comme représentatives les organisations syndicales qui ont recueilli au moins 10 % des suffrages exprimés (hors votes blancs et nuls) au premier tour des dernières
élections des titulaires au comité d’entreprise (CE) ou de la délégation unique
du personnel (DUP) ou, à défaut, des délégués du personnel (DP), quel que soit
le nombre de votants.
1•Avec deux participations aux élections professionnelles dans l'entreprise, la CGT avait eu 42% en 2010 et 45% en 2014... Nous esperons bien dépasser la barre des 50% en 2017, ce qui permettra enfin de ne pas subir les freins de principe connu jusqu'à présent en Comité d'Entreprise.
 
2Le respect de valeurs républicaines, notamment pour garantir la liberté d’opinion, politique philosophique ou religieuse, et le refus de toute discrimination, de tout intégrisme et de toute intolérance.
2•La CGT-LC est un organisme démocratique, où chaque adhérent peut s'exprimer,  et voter lors des assemblée générale ou des congrès. Chacun représente une voix. Lors du premier Congrès, les syndiqués ont validés les statut du syndicat qui précise que celui-ci lutte contre la xénophobie, l'homophobie et le sexisme.
 
3L’indépendance, vis-à-vis de l’employeur.
3•Les élus CGT dans l'entreprise sont les seuls à avoir des sanctions (avertissement, mise à pied...) de la part de la direction suite à des actions syndicales...
 
4La transparence financière : ce nouveau critère sera assuré par des règles de
certification et de publication des comptes des confédérations, fédérations et unions régionales de syndicats, ainsi que tout syndicat à partir d’un seuil de ressources fixé par décret.
4•Vous pourrez trouver plus bas le bilan réalisé par notre chère secrétaire à la Politique Financière.
 
5Une ancienneté d’au moins deux ans (appréciée à compter de la date de dépôt légal des statuts) dans le champ géographique et professionnel de l’entreprise.
5•Le syndicat CGT-LC existait sous forme de section sydnciale depuis 2008, et le syndicat, statutairement parlé, est fondé depuis 2013.
 
6Une influence, prioritairement caractérisée par l’activité (actions menées par le syndicat) et l’expérience.
6•Le syndicat CGT-LC est le seul de l'entreprise a écrire, éditer et distribuer régulièrement de l'information auprès de s salariés (voir le bulletin d'Info Osez). Il organise mensuellement la réunion de sa commission executive pour définir les axes de travail des élus. Il offre la possibilité à ses adhérents de partir en formation syndicale. Etc, etc, ...
 
7Des effectifs d’adhérents et des cotisations suffisants.
7•Ils étaient 5, mais par voix de grand renfort, ils furent 5000 en arrivant au port☻
Recettes et Dépenses 2016
Bilan2016.pdf
Document Adobe Acrobat [253.2 KB]

APPEL A LA MANIFESTATION NATIONALE DU 14 JUIN A PARIS POUR LE RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL CONTRE L’INVERSION DE LA HIERARCHIE DES NORMES

Ces dernières semaines, la mobilisation est entrée dans une nouvelle phase : celle de la grève. Avec les dockers, les raffineries, l’électricité, les transports routiers, les intermittents, la SNCF et la RATP et aujourd’hui les éboueurs et les pompiers, ce sont progressivement tous les salarié-e-s qui s’y mettent. Et ce, malgré le déchainement de provocations et de haine de la part des hommes politiques et des médias à l’encontre des grévistes et de la CGT en particulier. Les partisans du diktat libéral mettent toutes leurs forces dans la bataille. Il y a eu les allusions calomnieuses qui tentent de réduire la lutte collective et unitaire des travailleurs à la seule CGT, et l’association honteuse des militants CGT à des preneurs d’otage et des terroristes ; une répression policière qui a fait des centaines de blessés depuis le début du mouvement dont un journaliste, toujours dans le coma ; l’utilisation par le pouvoir des moyens les plus autoritaires pour imposer sa loi (notamment avec l’usage du 49.3). Et pourtant, la contestation ne faiblit pas, au contraire elle s’étend petit à petit y compris à l’étranger où des messages de soutien affluent de partout et en Belgique où les travailleurs luttent avec la même force contre un projet similaire. Ni l’approche des vacances, ni celle de l’Euro 2016, n’entament la détermination des salarié-e-s, des étudiants, chômeurs et précaires dans leur mobilisation. Une mobilisation qui, rappelons-le, est toujours soutenu par plus de 70% des français. Ces derniers mois auront donc été riches en rebondissement mais aussi en perspectives : à chaque mois, de nouvelles formes de luttes et de nouveaux secteurs mobilisés. Il y a eu la mobilisation lycéenne et étudiante, les manifestations unitaires, nuit debout, maintenant les grèves. Autant d’initiatives qui démontrent que seule la lutte est à même de porter des perspectives de transformation sociale, une lutte toujours puissante et qui n’a jamais été aussi dynamique et diversifiée. La lutte de classe n’est pas morte et ce sont nos dirigeants qui nous le rappellent quotidiennement : que penser ainsi des propos de M. Macron face à un gréviste: « Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler ? »

Quotidiennement ce sont des hommes politiques de droite et du PS, des « experts » et des journalistes acquis au pouvoir qui s’expriment, non plus pour nous dire que l’on a rien compris au projet comme au début de la mobilisation, mais pour nous insulter quand ils remettent en cause la représentation syndicale pourtant issue du suffrage démocratique des salariés, ou le droit de grève quand celui-ci est assimilé à une prise d’otage ou à un manque de solidarité face aux inondations. Pourtant, la CGT a plus d’adhérent-e-s que tous les partis politiques de France réunis ! Alors oui ! Réaffirmons-le : le principe de la grève est de porter préjudice économiquement à ceux qui nous attaquent socialement. Nous l’assumerons jusqu’au bout et nous l’encourageons partout où les salarié-e-s peuvent le faire valoir.

Mais il convient aussi de rappeler pourquoi nous luttons car contrairement à ce que peut prétendre la CFDT sur l’amélioration supposée du projet de loi, rien n’a été réglé. Le gouvernement, pas une seule fois, n’a choisi de renégocier les points les plus bloquants de la Loi :

  • L’inversion de la hiérarchie des normes qui inclurait notamment la hausse des maxima de temps de travail, et la baisse de la majoration des heures supplémentaires et complémentaires.
  • L’accord de maintien dans l’emploi qui s’appliquerait y compris en l’absence de réelles difficultés économiques et permettra de baisser les salaires et d’augmenter le temps de travail.
  • La facilitation des licenciements économiques qui pourra intervenir dans le cas d’une baisse du chiffre d’affaire ou des commandes consécutives à quelques mois.
  • Le recours au référendum d’entreprise qui permettra de contourner les décisions des syndicats majoritaires quand bien même ces derniers ont été élus pour représenter les salariés et qui se basera sur un chantage permanent à l’emploi.
  • La destruction de la médecine du travail avec la suppression de la visite médicale d’embauche obligatoire, et la refonte des missions de la médecine du travail qui passe d’une logique préventive à une logique de contrôle de l’aptitude.

Alors, posons quelques questions :

Souhaitez-vous que votre patron vienne vous voir et vous explique qu’à cause d’une baisse du chiffre d’affaires, vous ferez désormais dix heures de travail de plus par semaine pendant 5 ans pour un salaire équivalent et que si vous refusez il vous licenciera pour « cause réelle et sérieuse » sans recours possible ?
Souhaitez-vous que des accords d’entreprise qui étaient favorables aux salarié-e-s et avaient été obtenus de haute lutte soient remis en cause tous les 5 ans ?
Souhaitez-vous voir disparaître une partie des emplois de votre entreprise au cours d’un rachat, suite à la suppression du transfert obligatoire et automatique de l’intégralité des salarié-e-s jusqu’alors prévu par la loi ?
Souhaitez-vous faire des heures supplémentaires majorées à 10% au lieu de 25 et 50% ?

On pourrait multiplier ces exemples : généralisation des forfaits-jours, possibilité de travailler 46h maximum par semaine au lieu de 44h, sous-rémunération des temps partiels, possibilité de négocier les NAO tous les trois ans… Avec cette loi, il y aura beaucoup plus de libertés … pour licencier, précariser et exploiter les salariés. Que l’on ne se trompe pas : cette loi n’est qu’un début, elle laisse la porte grande ouverte à la prochaine étape qui est déjà dans la tête de tous les bourreaux des droits sociaux qu’ils soient du MEDEF, du PS ou des Républicains : la fin des 35 heures et du CDI !

Alors, est-ce conservateur de vouloir préserver sa dignité ? Ce n’est pas la CGT qui a fixé un niveau trop élevé de lutte mais bien le gouvernement qui n’avait aucune nécessité, ni aucune légitimité pour imposer une telle Loi à un an des présidentielles. Et ni l’Euro, ni les inondations, n’y feront rien : il existe un impératif de résistance. Une résistance que tous les salariés, précaires, chômeurs et étudiants doivent construire ensemble jusqu’au retrait TOTAL de cette Loi !

Le 14 juin aura lieu une manifestation unitaire et nationale à Paris, à nous de faire de ce jour une mobilisation exceptionnelle qui montrera, devant tous les médias présents pour la Coupe de l’Euro, que l’on peut tenir tête à ceux qui s’engraissent sur notre travail et nos bulletins de vote ! Tous les regards, tous les espoirs sont tournés vers nous. Alors rendez-vous à 13h place d’Italie !

La Fédération CGT des Sociétés d'Etudes appelle l'ensemble des salarié-e-s de ses secteurs d'activité à faire grève du 2 au 14 juin inclu, et à participer activement à toutes les actions interprofessionnelles tant locales que nationales.

Avec comme revendication principale, le retrait de la Loi Travail !!!!

11mai.pdf
Document Adobe Acrobat [242.3 KB]

LA CGT participe à la

Manifestation « Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence »

le samedi 30 janvier 2016

à Paris, à 14h30, Place de la République,

et partout en France

 Abbeville : Rassemblement et manifestation, à 14h30

 Angers : Rassemblement à 14h, place du Ralliement

 Beauvais : Rassemblement à 11h, à la Fontaine - rue St-Pierre

 Bordeaux : Manifestation à 14h30, Place de la Victoire

 Caen : Manifestation à 14h30 (en attente)

 Châtellerault : Rassemblement à 11h au Kiosque à musique

 Clermont-Ferrand : Rassemblement à 15h devant la Préfecture

 Cosne : En attente

 Creil : Rassemblement à 11h, à l’angle des avenues Antoine Chanut et Gambetta

 Dijon : En attente

 Gaillac : En attente

 Grenoble : Manifestation à 14h30 Caserne de Bonne

 Le Havre : Manifestation à 14h30 place de l’Hôtel de ville

 Lille : En attente

 Metz : Rassemblement à 14h, Colonne de Merten, à côté de la place de la République

 Montpellier : Manifestation à 13h30, départ arrêt de tram Tonnelles

 Montreuil : Rassemblement à 13h30, à la Mairie

 Nice : Rassemblement à 14h30, place Garibaldi

 Nîmes : Rassemblement à 14h30 devant le Palais de justice

 Niort : Rassemblement au centre-ville

 Périgueux : Manifestation à 11h, devant l’ancienne Mairie de Périgueux

 Perpignan : En attente

 Poitiers : Manifestation à 15h place de la Mairie

 Rouen : Manifestation à 14h30, place Saint Sever

 Saint-Etienne : Rassemblement à 14h30 place Jean Jaurès

 Saint-Nazaire : Manifestation à 15h, Esplanade des droits de l’Homme

 Strasbourg : Manifestation à 15h place Kléber

 Toulon : Rassemblement à 11h place de la Liberté

 Toulouse : Rassemblement à 14h place Arnaud-Bernard

 Tourcoing : En attente

 Tulle : Rassemblement à 10h, face au parvis de la cathédrale, en direction de la préfecture 

Appel intersyndical national Appel intersyndical national

Dans le groupe Armatis, pour l'entreprise lc-france, le syndicat  CGT-LC appelle à la mobilisation de tous les salariés pour ce mardi 26 janvier 2016.

Sur les cinq sites de production, des tracts et des affiches sont diffusées pour appeler les salariés à rejoindre les manifestations proches de leur lieux de travail.

 

LUTTONS CONTRE L'AUSTERITE !

 

Cela fait des années que les salaires sont gelés alors que dans le même temps les cadences et la complexités des taches des conseillers clientèles, mais aussi des autres fonctions de l'entreprise augmentent.

 

La direction a rencontré les syndicats dans le cadre des NAo le 18 Janvier 2016.

Elle a indiqué qu'elle ne pouvait pas se permettre d'augmenter les salaires ne serait-ce que de 1€...

Les temps sont durs pour Armatis, les méchants donneurs d'ordre ne paye pas assez, la concurrence fait rage...blablabla...

Doit on oublier que dans le même temps, 80 salariés sont recrutés sur le site d'Auxerre, 200 sur le site de Porto, sans compter les autres sites qui sont en recherche perpetuelle ou presque de nouveaux salariés.

La volonté de la direction de ne pas augmenter les salariés n'a qu'un but : Augementer ses profits !

En effet, nous arrivons dans les dernières années du LBO, le groupe ARMATIS doit se présenté de la façon la plus rentable possible afin d'être revendu au plus offrant afin que les actionnaires (ACTIVA CAPITAL, DENIS AKRICHE, CREDIT AGRICOLE, CIC, etc...) face une belle plue value lors de la vente.

 

NOUS APPELONS A REJOINDRE LES MANIFESTATIONS POUR LES AUGMENTATIONS DE SALAIRE ET LA LUTTE CONTRE L'AUSTERITE

 

PS : Nous déplorons être le seul syndicat de l'entreprise à appeler à la mobilisation cette journée là

M le PDG de lc-france
6 boulevard Nicéphore Niepce
86360 Chasseneuil Futuroscope

Copie : inspection du travail de l’ensemble des sites lc-france

Le 18 Août 2015,

Objet : Temps de travail

Je me permets de vous écrire en tant que délégué syndical CGT pour relancer votre attention sur le sujet de l’Accord sur la Réduction du Temps de Travail. En effet, le 04 Juin 2015, Djémal Damène a indiqué en réunion de négociation sur le droit syndical que les propositions de la direction étaient prêtes, et qu’il nous indiquerait dans le courant de la semaine 24 une date pour une prochaine réunion de négociation sur l’ARTT. Malheureusement, encore une fois, les paroles de Djémal Damène n’ont pas été suivies d’actes, et nous nous retrouvons en semaine 33 sans savoir quand la volonté de négocier rapidement un accord exprimé par Franck Berthier en Janvier 2015 serait illustrée par la direction.


Deuxièmement, je tiens à solliciter votre attention sur les horaires de travail dans l’entreprise. En effet, comme le souligne le code du travail l’employeur définit l’horaire collectif de travail (au niveau d’un établissement, un atelier, ou une équipe de travail), vous trouverez en annexe l’article juridique de maitre Xavier Berjot. Il peut aussi instaurer des horaires individualisés, comme le précise l’article L3122-23. « Pour répondre aux demandes de certains salariés, les employeurs sont autorisés à déroger à la règle de l'horaire collectif de travail et à pratiquer des horaires individualisés sous réserve que le comité d'entreprise ou, s'il n'en existe pas, les délégués du personnel n'y soient pas opposés et que l'inspecteur du travail ou le fonctionnaire de contrôle assimilé soit préalablement informé. ».


Or, vous n’êtes pas sans savoir que sur de nombreuses activités, la pratique mise en place par l’ancienne direction sous la responsabilité de Yannick Prigent, ne respecte pas du tout le principe d’horaires collectifs car au sein d’une même équipe, les travailleurs à temps complet peuvent ne présenter aucun horaire identique d’un jour à l’autre sur une semaine.
Je vous invite d’ors et déjà à faire cesser ces planifications aléatoires des équipes de production afin de revenir aux horaires collectifs pour les salariés ne bénéficiant pas déjà d’horaires individualisés (conclut généralement après avis de la médecine du travail ou par accord entre le salarié et la direction).


Le retour à de vrais horaires collectifs pourra ainsi apporter plusieurs éléments intéressants pour l’entreprise, et donc l’image et les finances de la direction.
D’une part, les horaires collectifs permettront de favoriser le site de covoiturage mis en place par la direction qui à ce jour est largement inutile.


D’autre part, les horaires collectifs permettront un meilleur suivi des entrées/sorties des salariés par leurs responsables hiérarchiques, permettant ainsi une meilleur information du suivi des absences, retards effectués par les salariés. Tout ceci afin de garantir une bonne intégration de l’outil de gestion des temps déployé cette année par la direction. Cela permettra aussi de veiller à un bon contrôle des heures supplémentaires, dont l’usage, vous le savez, doit être prévu par la direction et présenté en Comité d’Entreprise, ce qui jusqu’à présent n’a jamais été le cas pour les périodes de fin d’année.


Enfin, cela permettra au service paye d’avoir un vrai décompte horaires pour les arrêts maladie, qui, selon la loi, doivent être valorisés à hauteur des horaires planifiés, et non pas un forfait de 7h par jour d’absence comme actuellement, générant une surcharge de travail pour le suivi des heures de chaque salariés et une planification honteusement élevée en fin d’année pour les salariés malheureusement souvent malades, amenant à penser qu’ils rattrapent leurs horaires de maladie.


J’espère que vous tiendrez compte de mes remarques pour nos prochaines négociations. Dans l’attente, toujours trop longue, de vous lire.


Bien Cordialement,

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

DIALOGUE SOCIAL, la preuve par l'exemple :

 

Sur la forme :  

 

  Le 24 Juin 2015, à 14h19, le Directeur des Ressources Humaines de l'entreprise, M Djemal Damene envoie à tous les délégués syndicaux de l'entreprise, au nom de la direction et du représentant mandaté par M Pascal Malidin (Directeur Général Adjoint), M Franck Berthier (Directeur des Opérations), un "document employeur".

 

  Alors que la CGT a envoyé ses revendications le 22 Juin, conformément aux dispositions convenus entre les syndicats et la direction à la première réunion sur le sujet, et, que le syndicat a indiqué ne pas être présent à la réunion du 25 Juin en raison de la participation du syndicat CGT-LC à l'appel national de mobilisation pour la revalorisation des salaires, aucune de nos propositions n'a été repris dans ce "document employeur" à l'inverse des propositions des autres syndicats.

 

  Nous nous permettons donc de vous donner l'accès à ce document, car visiblement la direciton ne souligne la confidentialité du document et la discrétaion inérente qu'aux particpants de cette réunion. 

  Nous soulignons que les documents envoyés par M Damene indique TOUJOURS que le doucment est confidentiel...preuve si il en est de l'abus de la direction dans ce domaine de maintenir un niveau d'opacité le plus extrême possible. Cette abitude provient semble-t-il directement de la politique sociale décidé par M Denis Akriche, PDG de lc-france et du groupe ARMATIS.

 

Sur le fond :

 

  Le "document employeur" ne reprend d'une part que l'enagement de la direction de respecter le code du travail...Bel effort. Et d'autres part, elle n'amène aucun élément concrêt mais seulement le "cadre" de la négociation. Cadre que M Bertheir avait refusé de donner à M Hémon (délégué syndical CGT) lors de la première réunion sur la négociation sur le droit syndical.

  Nous soulignons aussi le point 3 de leurs sujets de négociation concernant les modalités de déplacement des représentants de la direction... Encore une fois M Damène a semble-il abuser du copié/collé, pourtant le syndicat CGT-LC lui a déjà indiqué de faire attention sur ce domaine.

 

 

Revendications de la CGT-LC
Proposition 2015.pdf
Document Adobe Acrobat [160.4 KB]
"document employeur"
LCF Négociation Exercice droit syndical [...]
Document Adobe Acrobat [342.8 KB]

MobilisatioNs de juin

Mobilisation 6 Juin à Poitiers
Mobilisation Unitaire
Mobilisation du 26 Janvier // section CGT-LC Roanne
Loi Macron on dit NON.pdf
Document Adobe Acrobat [418.9 KB]

Nos coordonnées

CGT-LC
6 rue blaise pascal

86130 jaunay clan

 

contact@cgtlc.fr

Le syndicat CGT-LC est composé des salariés de l'entreprise lc-france, entreprise prestataire de centre d'appel faisant parti du groupe Armatis.

Tous les salariés de l'entreprise peuvent y adhérer, pourquoi pas vous?